Rechercher
  • Morgane Lepee

Comment la nature crée du sens dans nos vies

Mis à jour : 12 oct. 2020


"En dirigeant le voilier, je suis impressionnée et humble en regardant la majesté du spi flottant. Je me sens excitée par son immensité et je redoute sa complexité en essayant de l'utiliser.

Alors je continue à le diriger, j'essaye de lui donner un sens. Je me demande, je m'émerveille et peu à peu, je me sens connectée à lui.

Face au soleil, je sens la lumière du soleil qui réchauffe mes joues, le doux bruit du vent qui caresse mes oreilles et emporte mes cheveux, la puissance de l'eau qui roule sous mon bateau et traverse mon bassin. Je sens la profondeur de l'horizon, la force des vents et l'infinité des mers.

En ce moment, je suis l'air, l'eau et le soleil, en ce moment, je suis le spi, je suis l'univers".




Vous êtes-vous déjà senti envahi par la beauté d'un paysage, la magie d'un moment ? un coucher de soleil époustouflant, le sommet d'une montagne ? Où la nature que vous deviez admirer devient soudainement une partie intégrante de vous ?


Si oui, vous avez été en contact avec la nature, vous avez vécu l'émerveillement et, dans cette mesure, vous avez peut-être trouvé un sens.

Voici une description plus détaillée des théories et des processus sous-jacents qui se déroulent et jouent un rôle tout au long de ce voyage vers le "sens".




- Se connecter avec la nature, un besoin humain qui coule dans nos veines -


Les chercheurs ont démontré que les humains ont une tendance innée à se connecter et à s'affilier à tous les êtres vivants sur Terre. Cette tendance a été décrite dans la théorie de la "biophilie" de Wilson (1984). Plus tard, Kellert et Wilson (1993) ont décrit ce phénomène comme étant un processus évolutif, dans lequel l'homme a un lien naturel fort avec la nature et qui, en tant que tel, a tendance à se connecter avec chaque être vivant qu'il rencontre.

En réfléchissant à la vie de nos ancêtres, nous admettons le rôle clé que la "biophilie" a joué pour aider les gens à maîtriser leur environnement et à survivre. En effet, en étant étroitement liés à la nature, ils pouvaient la comprendre, la maîtriser et augmenter leurs chances de survie. Chasser une proie, trouver de l'eau, construire un abri, se cacher des prédateurs, choisir une plante, trouver de la nourriture, éviter le poison, toutes ces activités quotidiennes exigeaient une attention et une compréhension profondes des comportements de la nature dans leur complexité et leur subtilité.


A l'époque, les personnes les plus connectées semblaient survivre. En tant que descendant direct de ces êtres humains connectés à la nature, nous portons en nous leur forte connexion et leur attirance pour la nature (Kellert et. al, 1993).

Malgré l'urbanisation croissante et importante qui a explosé au cours du siècle dernier, il est peu probable que nous ayons effacé ou perdu l'un des enseignements que nous avons tirés de notre interaction avec la nature. Il est en effet confirmé que ces liens et ces attraits forts avec la nature sont profondément ancrés dans notre biologie en tant que "biophilie" (Kellert & Wilson, 1993).




- Dans la quête du bonheur de l'homme, le sens joue un rôle clé


La quête de sens de l'homme, a attiré l'attention de la plupart des psychologues positifs au cours des vingt dernières années. Selon eux, le sens de la vie est pour quelqu'un de croire que sa vie est significative et qu'elle transcende le présent éphémère. C'est le sentiment que leur vie s'inscrit dans un cadre temporel plus large, une perspective plus large, plus grande qu'eux-mêmes (Emmons 2005 ; Steger 2009 ; Wong 2010).

Le sens est devenu le centre d'attention car les psychologues le considèrent comme une pièce centrale de l'"eudaimonia", où le bonheur est plus que le simple fait de se sentir bien et d'être satisfait de sa vie. Certains chercheurs envisageraient même de chercher un sens à la vie plutôt que le bonheur (Wong, 2009). Poser ce sens serait la dimension ultime d'une vie améliorée.






- La nature, un facteur essentiel pour trouver du sens -


Dans leurs études, O'Connor et Chamberlain (1996) ont révélé que, grâce à leur relation avec la nature, les gens trouvaient une forte source de sens. En effet, ils affirment que ceux qui sont fortement liés à la nature tirent un sentiment d'existence significative de leur proximité avec elle.


Un grand nombre d'études ont depuis lors confirmé cette position et mis en évidence les liens profonds entre la connectivité de la nature et le sens de la vie.

Nisbet, Zelenski et Murphy (2011), Cervinka, Roderer et Hefler (2012) ont établi que la connectivité de la nature était liée au sens de la vie et qu'en tant que telle, l'expérience d'un sens et d'un but de la vie émergeait d'un lien avec la nature.

Berger (1985) a démontré que le lien avec la nature nous ancrait plus profondément dans l'existence de la vie au-delà du cours de notre seule vie.

Pour Cohen et al. (2010), la nature donne aux gens un sentiment de compréhension et favorise leur perspective.




- Les avantages de la signification -


Il a été prouvé que l'expérience d'un sens à la vie accroît la satisfaction de l'être humain, génère des effets positifs (Chamberlain & Zika, 1988) et, par conséquent, permet de prédire un niveau élevé de bien-être subjectif. (Bonebrights, Caly & Ankenmann, 2000).


Selon Howell et al. (2013), le sens de la vie est prédictif du bien-être et, pour eux, ces niveaux de bien-être plus élevés proviennent d'un sens de la vie que l'on peut trouver en se connectant étroitement avec la nature.

Non seulement le contact avec la nature a le pouvoir de restaurer, de détendre, d'énergiser et d'augmenter les effets positifs, ce qui s'est avéré améliorer le bien-être à court terme, mais il semble également permettre de trouver un sens, ce qui s'est avéré améliorer le bien-être à long terme. (Nisbet et al. 2011)


La plupart des théories dans le domaine du sens ont mis en avant le rôle de la nature comme source majeure de sens. Les modèles stables, la permanence, la perspective, les connexions sont des sources majeures de sens et il est bien supposé qu'on peut les trouver dans la nature. La nature en tant que telle devient le terrain fertile de l'expérience transcendante, celle qui mène au sens tel que décrit dans notre première partie.


#naturetherapy #positivepsychology #biophilia #mindfulness #experienceawe #awakening #myeartheart




References

Baumeister, R. F. (1991). Meanings of life. New York, NY: The Guilford Press.Berger, J. (1985). The sense of sight: Writings. New York, NY: Vintage Books.Berger, R., & McLeod, J. (2006). Incorporating Nature into Therapy: A Framework for Practice. Journal Of Systemic Therapies, 25(2), 80-94. doi: 10.1521/jsyt.2006.25.2.80Bonebright, C., Clay, D., & Ankenmann, R. (2000). The relationship of workaholism with work-life conflict, life satisfaction, and purpose in life. Journal Of Counseling Psychology, 47(4), 469-477. doi: 10.1037//0022-0167.47.4.469Camus, A. (1955). The myth of Sisyphus and other essays. New York, NY: Random House.Cervinka, R., Röderer, K., & Hefler, E. (2011). Are nature lovers happy? On various indicators of well-being and connectedness with nature. Journal Of Health Psychology, 17(3), 379-388. doi: 10.1177/1359105311416873Chamberlain, K., & Zika, S. (1988). Religiosity, Life Meaning and Wellbeing: Some Relationships in a Sample of Women. Journal For The Scientific Study Of Religion, 27(3), 411. doi: 10.2307/1387379Cohen, A., Gruber, J., & Keltner, D. (2010). Comparing spiritual transformations and experiences of profound beauty. Psychology Of Religion And Spirituality, 2(3), 127-135. doi: 10.1037/a0019126Emmons, R. (2005). Striving for the Sacred: Personal Goals, Life Meaning, and Religion. Journal Of Social Issues, 61(4), 731-745. doi: 10.1111/j.1540-4560.2005.00429.xHowell, A. J., Dopko, R. L., Passmore, H., and Buro, K. (2011). Nature connectedness: associations with well-being and mindfulness. Pers. Indiv. Differ. 51, 166–171. doi: 10.1016/j.paid.2011.03.037Howell, A., Passmore, H., & Buro, K. (2012). Meaning in Nature: Meaning in Life as a Mediator of the Relationship Between Nature Connectedness and Well-Being. Journal Of Happiness Studies, 14(6), 1681-1696. doi: 10.1007/s10902-012-9403-xKellert, S. R. (1993). The biological basis for human values of nature. In S. R. Kellert & E. O. Wilson (Eds.), The biophilia hypothesis (pp. 42–69). Washington: Island Press.Keltner, D., & Haidt, J. (2003). Approaching awe, a moral, spiritual, and aesthetic emotion. Cognition And Emotion, 17(2), 297-314. doi: 10.1080/02699930302297McKibben, B. (1989). The end of nature. New York: Random House.Nisbet, E., Zelenski, J., & Murphy, S. (2010). Happiness is in our Nature: Exploring Nature Relatedness as a Contributor to Subjective Well-Being. Journal Of Happiness Studies, 12(2), 303-322. doi: 10.1007/s10902-010-9197-7O'Connor, K., & Chamberlain, K. (1996). Dimensions of life meaning: A qualitative investigation at mid-life. British Journal Of Psychology, 87(3), 461-477. doi: 10.1111/j.2044-8295.1996.tb02602.xPiaget, J. and Inhelder, B. (2000). The psychology of the child. New York: Basic Books. (Original work published 1966)Steger, M. F. (2009). Meaning in life. In C. R. Snyder & S. J. Lopez (Eds.), Handbook of positive psychology (2nd ed., pp. 679–687). New York, NY: Oxford University Press.Wilson, E. O. (1984). Biophilia. Cambridge, MA: Harvard University Press.Wong, P. (2009) Existential psychology. In S. Lopez (ed.) Encyclopedia of Positive Psychology (pp. 361–8). Chichester: Blackwell Publishing Ltd.Wong, P. T. P. (2010). What is existential positive psychology? International Journal of Existential Psychology and Psychotherapy, 3, 1–10.

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout