Rechercher
  • Morgane Lepee

S'émerveiller pour mieux Vivre

Mis à jour : 12 oct. 2020

Faire l'expérience de l'émerveillement dans la nature, un processus qui soigne nos esprits.


"Lorsque je fais de la voile, de la randonnée, de la plongée, ou que je me tiens simplement debout dans la nature, je ressens une paix intérieure profonde. Je vois cette sensation comme un état divin. Là au milieu de la Nature, je sens que j'appartiens au tout qui m'entoure, je me sens exister, et ETRE, je suis reconnaissante de VIVRE."





Ce qui peut aider une personne à donner un sens à sa vie, à trouver un but, peut se trouver dans ce que Keltner et al. (2003) appelleraient une "expérience transcendantale", en d'autres termes, l'expérience de "l'émerveillement".


Pour eux, l'expérience d'émerveillement peut être acquise en contemplant la nature. Ce faisant, en s'y consacrant entièrement, en s'en souciant, en observant, en contemplant, en essayant de lui donner un sens, on s'engage dans une expérience auto-transcendante et, par conséquent, cela éveille notre monde intérieur et nous commençons à faire sens de nos vies.




- Qu'est-ce donc que "l'emerveillement" ? -


Le sentiment d'émerveillement est un plaisir esthétique qui émerge de la vue des aspects majestueux de la nature. Les théoriciens ont défini l'émerveillement comme un état qui implique:


1/ d'être en présence de quelque chose de puissant, qui suscite l'intérêt, la surprise et l'émerveillement.


2/ d'être en présence de quelque chose qui génère une certaine difficulté à essayer de le comprendre.


3/ d'être en présence de quelque chose qui génère un sentiment de confusion, de crainte ou de soumission.


Selon Keltner et al. (2003), nous éprouvons un sentiment d'émerveillement en réaction aux objets naturels que nous rencontrons, tels que les montagnes, les chutes, les océans, les tempêtes, les points de vue.


La répétition infinie de certains objets naturels peut susciter l'émerveillement, comme les vagues, les arbres, les forêts, les déserts, la contemplation du ciel.


Ce qui nous intriguent, nous dépassent, nous surprend et, d'une certaine manière, nous échappent.





- Que se passe-t-il lors de "l’émerveillement" ? -


Lorsque nous ressentons un stimulus aussi beau, nous avons tendance à donner un sens à la scène visuelle et, ce faisant, nous éprouvons de l'émerveillement (Keltner et al, 2003).


Tout en savourant la beauté du moment, on va également essayer de donner un sens et de comprendre son expérience et, au fur et à mesure qu'on progresse, on ressentira un sentiment mixte de confusion, de surprise et d'émerveillement.





- Comment accéder à "l’émerveillement" ? -


Dans leurs recherches, Keltner et.al, (2003) affirment que pour éprouver de l'emerveillment, il faut à la fois faire l'expérience de "l'immensité" et de "l'accommodation".


// L'immensité

est par exemple ressentie lorsque nous sommes confrontés à quelque chose de beaucoup plus grand que notre cadre de référence ordinaire. L'immensité se retrouve dans les échelles de taille, mais aussi dans le son, la sensation ou tout marqueur symbolique de l'immensité. La nature est le terrain idéal pour éprouver de l'émerveillement, car c'est là que se trouvent la plupart des sources d'immensité. (montagnes, mer, ciel...)


// L'accommodation

fait référence à notre processus naturel d'adaptation mentale, où l'on doit ajuster certaines structures mentales afin d'assimiler la nouvelle expérience (Piaget & Inherlder, 1966/2000). Ce processus d'accommodation implique un sentiment d'illumination et même de renaissance car nos structures mentales s'étendent pour s'adapter à cette nouvelle vérité qui n'avait jamais été connue. En nous connectant à la nature et en ressentant son sens de l'infini et de la permanence, tout en étant intrigués par sa puissance, nous entrerons dans l’expérience de l'émerveillement.





- Allons en plein air et émerveillons-nous ! -


Contempler, se connecter, se fondre avec la nature peut nous aider à mettre en perspective notre vie rapide, fragmentée et en perpétuel changement.


En effet, en nous appuyant sur l'immensité et la permanence de la nature, nous pouvons trouver le calme, la stabilité, mettre notre vie en perspective et entamer le processus de lui donner un sens.


Pour Baumeister (1991), le sens est enfin la capacité des gens à s'identifier à des éléments permanents et stables. La nature qui nous entoure nous offre chaque jour la possibilité de faire l'expérience de notre propre transcendance.


La crainte, suscité par émerveillement, offre une veritable expérience d'autotranscendance, qui nous aidera à acquérir un sens plus large de la finalité de nos vies. Ce qui, en fin de compte, conduira à un bien-être accru.


Deux des processus décrits ci-dessus et qui contribuent à donner un sens à la vie - le "processus d'accommodation" et la "théorie de la biophilie" - font partie de notre patrimoine biologique. En étant au cœur de tous les êtres humains, il semble que l'expérience de l'émerveillement et la possibilité de trouver un sens soient à la portée de tous.


Allez, on sort prendre l'air?


ML



#naturetherapy #positivepsychology #biophilia #mindfulness #experienceawe #awakening #myeartheart



References


Baumeister, R. F. (1991). Meanings of life. New York, NY: The Guilford Press.Berger, J. (1985). The sense of sight: Writings. New York, NY: Vintage Books.Berger, R., & McLeod, J. (2006). Incorporating Nature into Therapy: A Framework for Practice. Journal Of Systemic Therapies, 25(2), 80-94. doi: 10.1521/jsyt.2006.25.2.80Bonebright, C., Clay, D., & Ankenmann, R. (2000). The relationship of workaholism with work-life conflict, life satisfaction, and purpose in life. Journal Of Counseling Psychology, 47(4), 469-477. doi: 10.1037//0022-0167.47.4.469Camus, A. (1955). The myth of Sisyphus and other essays. New York, NY: Random House.Cervinka, R., Röderer, K., & Hefler, E. (2011). Are nature lovers happy? On various indicators of well-being and connectedness with nature. Journal Of Health Psychology, 17(3), 379-388. doi: 10.1177/1359105311416873Chamberlain, K., & Zika, S. (1988). Religiosity, Life Meaning and Wellbeing: Some Relationships in a Sample of Women. Journal For The Scientific Study Of Religion, 27(3), 411. doi: 10.2307/1387379Cohen, A., Gruber, J., & Keltner, D. (2010). Comparing spiritual transformations and experiences of profound beauty. Psychology Of Religion And Spirituality, 2(3), 127-135. doi: 10.1037/a0019126Emmons, R. (2005). Striving for the Sacred: Personal Goals, Life Meaning, and Religion. Journal Of Social Issues, 61(4), 731-745. doi: 10.1111/j.1540-4560.2005.00429.xHowell, A. J., Dopko, R. L., Passmore, H., and Buro, K. (2011). Nature connectedness: associations with well-being and mindfulness. Pers. Indiv. Differ. 51, 166–171. doi: 10.1016/j.paid.2011.03.037Howell, A., Passmore, H., & Buro, K. (2012). Meaning in Nature: Meaning in Life as a Mediator of the Relationship Between Nature Connectedness and Well-Being. Journal Of Happiness Studies, 14(6), 1681-1696. doi: 10.1007/s10902-012-9403-xKellert, S. R. (1993). The biological basis for human values of nature. In S. R. Kellert & E. O. Wilson (Eds.), The biophilia hypothesis (pp. 42–69). Washington: Island Press.Keltner, D., & Haidt, J. (2003). Approaching awe, a moral, spiritual, and aesthetic emotion. Cognition And Emotion, 17(2), 297-314. doi: 10.1080/02699930302297McKibben, B. (1989). The end of nature. New York: Random House.Nisbet, E., Zelenski, J., & Murphy, S. (2010). Happiness is in our Nature: Exploring Nature Relatedness as a Contributor to Subjective Well-Being. Journal Of Happiness Studies, 12(2), 303-322. doi: 10.1007/s10902-010-9197-7O'Connor, K., & Chamberlain, K. (1996). Dimensions of life meaning: A qualitative investigation at mid-life. British Journal Of Psychology, 87(3), 461-477. doi: 10.1111/j.2044-8295.1996.tb02602.xPiaget, J. and Inhelder, B. (2000). The psychology of the child. New York: Basic Books. (Original work published 1966)Steger, M. F. (2009). Meaning in life. In C. R. Snyder & S. J. Lopez (Eds.), Handbook of positive psychology (2nd ed., pp. 679–687). New York, NY: Oxford University Press.Wilson, E. O. (1984). Biophilia. Cambridge, MA: Harvard University Press.Wong, P. (2009) Existential psychology. In S. Lopez (ed.) Encyclopedia of Positive Psychology (pp. 361–8). Chichester: Blackwell Publishing Ltd.Wong, P. T. P. (2010). What is existential positive psychology? International Journal of Existential Psychology and Psychotherapy, 3, 1–10.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout